Le Belem arrive à Marseille le vendredi 31 août en provenance de Toulon. Si les conditions sont clémentes, son atterrage dans la rade sud est planifié dans l’après-midi aussi, la Flâneuse ira à la rencontre du trois mâts pour naviguer bord à bord jusqu’au Vieux-Port.

Après l’Hermione en avril, le Belem offrira lors de cette navigation de belles images et de belles émotions à tous les équipiers.

Embarquez à bord pour ce moment exceptionnel.

Vente de billets en ligne

Le Belem, trois-mâts à phare carré et coque en acier est le dernier des grands voiliers de commerce français du 19ème siècle encore naviguant.
Une aventure maritime qui dure depuis près de 120 ans en ayant vécu pas moins de cinq vies, changé trois fois de nationalité pour finir par retrouver le pavillon tricolore de ses origines, trompant la mort, survivant là où des milliers d’autres voiliers, plus grands, plus puissants, plus neufs, ont disparu à jamais…Le Belem est protégé par sa bonne étoile.

 

Le Belem vers 1900, représentation par Adam

Le Belem du nom du comptoir de commerce au Brésil est mis à l’eau à Nantes par l’armement Denis Crouan Fils, après 6 mois de construction dans les chantiers Dubigeon à Chantenay sur Loire. Il doit servir au transport de marchandises. Les ingénieurs de Dubigeon mettent au point un navire relativement petit, élégant, rapide mais robuste, qui peut transporter jusqu’à 675 tonnes de chargement. Sa ligne vaut au Belem, dès sa naissance, le surnom de « yacht » de l’armement Crouan. Il porte un équipage de 13 hommes. Sur sa proue, la devise « Ordem e Progresso » est celle du Brésil.