Le bateauFin de journée sur La Flâneuse

La Flâneuse a une charpente de membrures, varangues et bordés en niangon et un pont en latte d’iroko de 30mm. Sa jauge est de 16,53 tonneaux et son déplacement de 22 tonnes pouvait doubler avec son chargement. Le bateau a été construit en 1991 par le chantier GATTO de Martigues et mis à l’eau en Juillet 1992.

Logo Fondation du patrimoine recadré

La Flâneuse est labellisé Bateau d’Intérêt Patrimonial par la Fondation du Patrimoine Maritime et Fluvial. Ce label démontre la qualité patrimoniale de cette tartane malonière, dernier exemple d’un bateau de travail typique de la rade de Marseille.

 

Caractéristiques techniques

  • Longueur de coque : 13,45 m
  • Longueur hors-tout (avec safran et beauprés) : 18,00 m
  • Bau : 4.40 m        Tirant d’eau : 1.57 m        Tirant d’air : 17.50 m
  • Homologué en septembre 1992 pour 14 personnes en journée
  • Moteur Baudouin 6S108AN de 130 CV soit 95,68 kW
  • Armé à la Plaisance en catégorie de navigation : Côtier < 6 milles 

 

La voilure de La FlâneuseCapture d’écran 2015-12-29 à 12.08.20

Cette tartane dispose d’un gréement aurique. Certes une majorité de tartanes étaient gréées de voiles latines mais dès le début 1900, une partie de la flotte de la rade (une centaine de bateaux) était gréée en voilure aurique car cette voilure nécessitait beaucoup moins d’effort à manoeuvrer pour l’équipage. Les matelots au nombre de 3 voir 4 devaient à la fois charger la cargaison mais aussi ramer pour remorquer le bateau pour le cas où le vent venait à manquer.

Le Pont de La Flâneuse

Comme tous les bateaux de transport, La Flâneuse dispose d’un large pont (4,50 m de bau). En absence de moteur, la cale occupait la plus grande partie du bateau. Cela permettait de charger le maximum de malons et de tuiles. Avec l’avènement des moteurs, les tartanes perdirent peu à peu de leur intérêt. Avec son pavois (bord surélevé au dessus du pont), La Flâneuse offre un pont protégé des embruns et un espace sûr pour les petits et les grands.

Galerie photos de La Flâneuse . . . dans le temps de 1903 à aujourd’hui.